RAPPORT DES MISSIONS EFFECTUEES PAR

Alexandre CHRETIEN et Philou BEAUCHAMPS

Du 18 au 27 juin 2015

et

Cathy PERNOT et Philou BEAUCHAMPS

Du 13 au 22 octobre 2015

Au BURKINA-FASO,

 

 

 

Kokologho, à 45 km de Ouagadougou sur la route de Bobodioulasso.

(N.12°11'020’’ ; W.1°53'034’’).

Les habitués le savent (et peuvent passer au paragraphe suivant…), nous consacrons actuellement l’essentiel de notre énergie au suivi et au développement du Centre de Formation en Agriculture « Teed Beoogo » (espoir d’un lendemain meilleur en Moré, langue des Mossis) que nous avons créé à Kokologho. Une formation agro-sylvo-pastorale écologique, en deux années, y est proposée à des jeunes d’un faible niveau scolaire, capables toutefois de suivre un enseignement en français. L’objectif en fin de cycle, est de leur permettre de s’installer en milieu rural avec les compétences nécessaires pour mettre en œuvre une activité rémunératrice et faire vivre une famille. Une remise à niveau en enseignement général est également dispensée pour qu’ils puissent être en mesure de comprendre et d’assumer le fonctionnement d’une petite exploitation,  pour pouvoir s’intégrer convenablement dans le milieu social et accomplir quelques démarches administratives de base. L’établissement est mixte, en demi-pension ou internat.

Nos élèves sont (pour la grande majorité d’entre eux qui vient de loin) logés et évidemment tous nourris gratuitement, formés pendant 2 ans et bénéficient à leur sortie d’une allocation de départ qui leur permet de commencer une première activité au sein de leur exploitation.

 

Avant toute chose une parenthèse à propos du Contexte politique…

L’an dernier, nous avions salué  la grande sagesse de la population burkinabè lors de cette fameuse révolution qui à abouti au départ du dictateur… Nous redisons aujourd’hui toute notre sympathie et témoignons de notre amitié à ces citoyens admirables, déterminés à défendre leurs libertés et unir leurs forces pour poser ensemble les jalons d’une vraie démocratie. Ils ont su rester debout devant les armes des putschistes revanchards. Ils ont refusé de pactiser en déclinant la scandaleuse offre de compromission proposée par les émissaires de la CEDEAO. Ils ont résisté, obtenu la reddition des imposteurs, remis en place les organes de la transition, transcendé leur mouvement en obtenant la dissolution du corps qui menaçait encore leur élan, les auteurs des méfaits sont détenus et les procédures de justice sont en cous. Des élections libres et démocratiques sont programmées  pour la fin de mois de novembre (comme convenu, les organes de transition n’étant en place que pour une année)… Ils sont en marche… Burkina-Faso « Le pays de hommes intègres » donne une grande leçon de maturité que beaucoup, en Afrique ou ailleurs, seraient bien inspirés de considérer…

 

 

 

 

 

 

 

Les nouvelles du centre…

Nous avons trouvé une bonne ambiance générale, tous les acteurs sont souriants, le projet évolue bien et nous commençons à récolter les fruits de tout le travail accompli depuis 5 ans.

Depuis que la durée de formation a été ramenée à 2 ans, le calendrier a été modifié et les périodes de congés différentes en 1ère et 2ème années s’enchainent efficacement afin que les activités d’enseignement et de production restent constantes toute l’année.

La saison des pluies a été tardive mais abondante et les récoltes seront très convenables ce qui est une bonne nouvelle pour le pays.

Pendant cet « hivernage » les activités de maraîchage sont très réduites pour donner priorité aux cultures céréalières, qui sont la base de l’alimentation sur l’année. Elles n’ont pas été arrêtées pour autant, il y a toujours eu assez pour faire les sauces, les pépinières ont été maintenues pour préparer les mises en production de la saison sèche, les arbres ont été entretenus et les patates douces, gombo, manioc  et autres, plus spécifiques à cette saison et qui demandent de l’eau, ont été assurées. Les parcelles de moringa et de citronnelle ont été agrandies, ces produits trouvant des débouchés à travers les activités de Tonton d’Ailleurs. Nous avons fait réaliser 2 séchoirs supplémentaires pour accélérer le rythme de production.

En début de saison (mission juin) nous avions assisté aux labours et semences. Cette année notre zébu (qui a pris des forces…) a pu participer et partager le travail de préparation du terrain avec notre célèbre âne Pompon. Les élèves ont été formés aux diverses techniques de Zaï, demi-lune, cordons pierreux et toutes ces astuces visant à fixer les eaux de pluies, qui naturellement se contentent de ruisseler, sans oublier d’amender le terrain par ajout de compost ou de fumure animale pour améliorer les rendements.

Nous avons pu produire du maïs, des arachides, du petit mil (dont le rendement n’a paradoxalement pas été très bon car nous avions emblavé une variété sahélienne en prévision d’éventuelle carence en pluies… ce qui a toutefois permis de comparer avec la variété traditionnelle et qui reste pédagogiquement intéressant), du sorgho, du niébé (haricot) et un peu de sésame.

Le cheptel  animal s’accroit et gagne en qualité. Des cahiers sont tenus pour noter l’évolution des diverses activités d’élevage. Les petits ruminants (moutons et chèvres) déambulent joyeusement dans les herbages abondants en journée pour rejoindre leur bergerie en soirée. C’est également le cas des volailles (poules, pintades et pigeons). Avec le mélange des œufs les pintadeaux sont souvent élevés avec les poussins et toutes ces petites troupes s’ébattent dans la cour. Chez les gros ruminants, nos bovins n’ont pas encore atteint le stade de la reproduction mais notre zébu est beau  et nous recherchons quelques femelles de race (en principe Azawak) pour compléter nos 2 génisses locales. Nos porcs sélectionnés ont bien grandi. Une truie a eu 2 petits qui n’ont pas survécu, mais elles sont encore jeunes et tous les espoirs sont permis. Il faudra rehausser le mur de leur enclos car nos cochons ont une très nette attirance envers le jardin qui jouxte leur piscine…

La belle histoire de Notre ânesse miraculée : soupçonnée d’infection par la rage après s’être fait mordre par un chien errant, elle aurait dû être abattue… Nous avions alors préféré la mettre en quarantaine et la faire surveiller de près par notre agent vétérinaire. Non seulement elle est saine, mais elle vient de nous donner un petit en remerciement !... La succession de pompon, qui approche l’âge de la retraite, est assurée…

Bibliothèque… L’an dernier nous avons eu 108 abonnés. En dehors de nos élèves qui ont libre accès, des collégiens, lycéens et même enseignants de la commune viennent se documenter, travailler ou emprunter des livres. Avec la rentrée, les nouvelles inscriptions sont en cours.

Travaux : Le puits maraîcher le plus ancien de notre jardin a été sur creusé, consolidé et busé en fin de saison sèche. Il a actuellement une colonne d’eau de plus de 8 mètres et il ne devrait plus se tarir. Le plus récent sera traité de la même manière l’an prochain.

Le bâtiment actuellement en construction de notre future unité de séchage est sorti de terre. Le chantier a été arrêté pendant la saison pluvieuse,

mais les matériaux permettant la suite ont été approvisionnés, la reprise est imminente. Un geste de votre part pour nous aider à financer ce chantier  serait le bienvenu. La programmation et vitesse d’exécution dépendra évidemment des fonds disponibles…

Le consortium Sadis Amus qui nous avait déjà aidés par la dotation en équipement de notre plateforme multifonctionnelle a répondu favorablement à notre demande et nous a attribué un poste à souder. Ce matériel servira aux travaux de nos futures constructions, sera rentabilisé avec les besoins de la population et permettra d’assurer la formation en soudure de nos élèves.

Les élèves de notre 3ème promotion (qui ont bénéficié d’une formation en 3 années) et ceux de la 4ème génération (les premiers de la nouvelle formule en 2 ans) sont sortis en juillet. Comme d’habitude les cérémonies officielles de clôture ont eu lieu en présence des familles et des autorités. Il y a eu des discours, du théâtre et des réjouissances…

Les sortants sont partis avec la première tranche de notre allocation d’installation, la 2ème tranche leur sera versée quand Ousmane aura constaté la réalité de leur début d’activité au cours d’une visite de suivi sur le terrain. Actuellement 21 élèves sont rentrés dont 19 internes et les récoltes n’étant pas terminées, il devrait y en avoir encore quelques autres…

L’équipe du centre. Ousmane (coordinateur du projet assurant la relation avec nous), Issaka (ouvrier-gardien en charge de la plateforme multifonctionnelle), Mariam et Sanata (nos cuisinières), Chantal (formée au centre, en charge de l’internat des filles, de la bibliothèque et du séchage des aliments), Saidou (chargé de l’internat garçon et des travaux pratiques),  Adama (formé au centre assurant également les travaux pratiques) restent fidèles au poste. Ablassé (l’un de nos agents techniques détachés pour l’agriculture) est toujours là et c’est une bonne nouvelle car nous l’apprécions beaucoup et que la continuité est nécessaire dans l’équipe de formation. En revanche Dramane (agent technique agricole) a été muté et est remplacé par W Roger, tout comme Amédée (vétérinaire) est remplacé par Asseta. Yéro a également obtenu une nouvelle affectation et nous n’avons pas jugé son remplacement prioritaire pour le moment.

Dans le cadre de nos  « bonnes relations » avec la population, alors que  la rentrée n’a pas pu avoir lieu dans une école de quartier, la construction de toutes les salles n’étant pas achevée, nous avons accueilli une classe sous notre « paillote » pour un trimestre.

 

Nos Filleuls

Sayouba a obtenu son attestation de fin de stage de formation de professeur de français / histoire-géo (équivalent CAPES) avec mention assez bien et plus de 13,14 de moyenne. Il est désormais titularisé et affecté sur la région du Centre-Ouest.

De passage à Koudougou, nous avons rendu visite à Emmanuel. Il a validé ses 2 premiers semestres de DUT Génie civil option Constructions à l’Université avec 12,73 et 12,95 de moyenne. Il a donc pu s’inscrire en 2nde année sans handicap… A lui maintenant de faire aussi bien l’an prochain…

Nous avons rencontré Abdoulaye dans l’école d’enseignement technique où il est actuellement scolarisé pour passer (en fin de cette année) le CAP mécanique générale. Son niveau est précaire en enseignement général (ce qui ne surprendra personne c’est dans la rue que nous l’avions rencontré il y a quelques années avant de lui permettre de reprendre le chemin de l’école), mais il est bon dans les épreuves techniques et l’équipe pédagogique de l’établissement nous a confirmé sa bonne volonté, son sérieux et sa motivation.

 

MicrocréditsNathanaël a repris ses versements. Nous acceptons qu’il étale un peu les échéances. Nathanaël, qui approche l’âge de sa fin d’activité salariée, a eu l’intelligence de se construire une maison en dur dans un zone lotie (donc avec les documents officiels d’urbanisme). Il devrait être mis à la retraite l’an prochain en même temps que la fin du crédit… Nathanaël, « petit » gardien-cuisinier à l’ODE (qui n’est jamais allé à l’école), est un « grand monsieur » qui a tout fait dans sa vie pour scolariser tous ses enfants jusque dans des études supérieures et sécuriser sa famille. A notre niveau, nous l’avons soutenu et il l’a vraiment mérité.

Nous avons accordé un prêt à Chantal et Adama (tous 2 anciens élèves et employés au centre) afin qu’ils puissent achever leurs porcheries respectives. Ainsi qu’à Saidou pour qu’il puisse réparer un mur de sa maison qui s’écroule. En accord avec eux, le remboursement de ces 3 prêts sera prélevé mensuellement et directement sur une partie de leur salaire.

 

Appel au « Parrainage » des élèves que nous formons

Chaque élève nous coûte en moyenne 450 €uros pour l’année (salaire des intervenants, frais alimentaires, activités agricoles au centre). Nous avons fait le nécessaire auprès de notre banque et proposons la mise en place d’un prélèvement Demander une Autorisation de Prélèvement.  Pour vous convaincre, en tenant compte des mesures légales permettant la défiscalisation, un prélèvement mensuel de 37,50 €uros représente un effort réel de 50 centimes par jour et permet la prise en charge d’un élève… Sur cette base, nous avons lancé un appel auprès de tous ceux (personne physique ou morale) qui, parmi vous, pouvaient nous aider à assumer cette dépense. Nous remercions vivement ceux qui ont répondu. Grâce à eux nous avons une vingtaine d’élèves pris en charge, mais nous continuons notre appel, dans l’espoir de faire parrainer tous nos élèves, ce qui nous permettrait de consacrer les fonds de l’association aux nécessaires investissements sans avoir à se soucier du fonctionnement… Dans la mesure du possible, nous avons une préférence pour les autorisations de prélèvements qui assurent une trésorerie régulière…

Nous vous précisons que nous avons fait valider par l’administration des finances publiques que notre association répondait bien aux critères définis aux articles 200 et 238 bis du code Général des Impôts par demande de rescrit fiscal selon l’article L80 C du Livre des procédures fiscales. Les reçus que nous délivrons sont conformes.

 

Expovente… Notre prochaine expo vente aura lieu dans les locaux du JSCPO, 66 rue d’Assas, 75006 Paris (entrer par le porche du 68 et entrer dans la cour de droite), le week-end des 28 et 29 novembre 2015. Nous comptons sur votre visite pour nous encourager, ce sera l’occasion de penser aux achats de Noël...

Appel à la générosité… Nous devons trouver le financement du nouveau bâtiment !...

pour nous aider

Soyons clairs, pour continuer nos actions, nous avons besoin d’argent… Si vous n’avez pas répondu à notre appel à parrainage, nous comptons sur vous pour mettre la main à la poche et nous envoyer un don (les petits ruisseaux font les grandes rivières…). Bien entendu, nous vous retournerons les certificats officiels permettant la défiscalisation de votre versement conformément à la législation en vigueur.  Pour un particulier, Un don de 50 €uros par exemple ne coûte en réalité que 17 €uros... Evidemment, toute mise en relation avec d’éventuels sponsors et autres sources de subventions nous seront très utiles.