RAPPORT DE LA MISSION EFFECTUEE PAR

Cathy PERNOT et Philou BEAUCHAMPS

Du 29 octobre au 13 novembre 2014

Au BURKINA-FASO,

 

Kokologho, à 45 km de Ouagadougou sur la route de Bobodioulasso.

(N.12°11'020’’ ; W.1°53'034’’).

Les habitués le savent (et peuvent passer au paragraphe suivant…), nous consacrons actuellement l’essentiel de notre énergie au suivi et au développement du Centre de Formation en Agriculture « Teed Beoogo » (espoir d’un lendemain meilleur en Moré, langue des Mossis) que nous avons créé à Kokologho. Une formation agro-sylvo-pastorale écologique, en trois années, y est proposée à des jeunes d’un faible niveau scolaire, capables toutefois de suivre un enseignement en français. L’objectif en fin de cycle, est de leur permettre de s’installer en milieu rural avec les compétences nécessaires pour mettre en œuvre une activité rémunératrice et faire vivre une famille. Une remise à niveau en enseignement général est également dispensée pour qu’ils puissent être en mesure de comprendre et d’assumer le fonctionnement d’une petite exploitation,  pour pouvoir s’intégrer convenablement dans le milieu social et accomplir quelques démarches administratives de base. L’établissement est mixte, en demi-pension ou internat.

Nos élèves sont (pour la grande majorité d’entre eux qui vient de loin) logés et évidemment tous nourris gratuitement, formés pendant 3 ans et bénéficient à leur sortie d’une allocation de départ qui leur permet de commencer une première activité au sein de leur exploitation.

 

Avant toute chose une parenthèse à propos du Contexte politique… Notre mission s’est déroulée dans un contexte inhabituel, puisque nous sommes arrivés en pleine Révolution… Cette situation exceptionnelle n’a pas toujours été confortable, mais nous souhaitons profiter de ce rapport pour vous donner un témoignage heureux à propos de cette belle leçon de sagesse donnée par la population burkinabè lors de cette page essentielle de l’histoire du pays des hommes intègres qui vient de se tourner. Nous étions à Ouagadougou lors du soulèvement populaire. Nous avons vu la grande détermination de tout un peuple, qu’aucune balle n’aurait pu arrêter, à dire non aux abus d’un pouvoir incapable de lucidité. Nous avons vu les militaires respecter le courage de leurs frères. Nous avons vu en 48 h, un dictateur en place depuis 27 ans, ne pas avoir d’autre choix que celui de se retirer. Nous avons vu ceux qui avaient mis le feu nettoyer la ville avec autant d’enthousiasme une fois parvenus à leurs fins. Nous avons  vu un militaire prendre l’initiative de protéger les biens et les personnes et rendre le pouvoir à un civil en moins de 3 semaines.  Nous avons vu l’équilibre d’un Conseil National de Transition composé de 30 membres affiliés aux partis de l’opposition, 25 membres de la société civile, 25 militaires et 10 membres de l’ancienne majorité. Nous avons vu le tandem complémentaire d’un diplomate et d’un militaire se mettre au travail pour une année de transition en vue d’élections libres et démocratiques. Nous avons vu un Ministre du gouvernement démissionner 2 jours après sa nomination en réponse aux réticences de la société civile. Cette grande intelligence collective mérite d’être vivement saluée.

 

Bilan du traditionnel « tour du propriétaire » à notre arrivée Très bonne ambiance au centre, nous constatons :

Au jardin… Nous trouvons en culture des pastèques, des oignons, des tomates (en pépinières) du manioc, du piment et en verger des papayers, bananiers, anacardiers, bien entretenus. La parcelle en goutte à goutte est superbe  avec du moringa et de la citronnelle. Des planches de terrain ont été prévues pour être confiées aux  élèves par groupes de 2 afin de les responsabiliser et de les évaluer. Les 2 puits sur creusés et busés sont pleins d’eau… Au forage il faudra changer la dynamo… La pompe actuelle est trop forte pour les plaques solaires… Ousmane s’en occupe et en profitera pour améliorer le circuit d’éclairage des bâtiments par un système commun sur batteries. Le jatropha en clôture donne maintenant beaucoup de graines, il va falloir penser à investir dans une presse à oléagineux…

Elevage… Dans la porcherie toute neuve, nous trouvons « 3 petits cochons » (1 véra et 2 truies) de race sélectionnée.

Moutons… On en a perdu 2 (dont une brebis volée et égorgée sur place par un délinquant boucher…). Il reste 1 bélier 5 brebis et 3 agneaux en bonne forme. Il est néanmoins prévu d’améliorer le cheptel en sélectionnant une meilleure race. Chèvres… On en a vendu 2. Il reste 1 bouc et 7 chèvres, mais on va changer le bouc pour améliorer le cheptel en sélectionnant une meilleure race. Anes… Notre célèbre et vieillissant Pompon a eu une Pomponnette… On espère qu’ils seront heureux et auront beaucoup d’enfants…  Pigeons… Très nombreux, on n’en a pas encore vendus, mais il y a crise du logement, il faudra de nouveaux nichoirs… Volailles… Très nombreuses également, on attend les fêtes de fin d’année pour vendre à bon prix… Ousmane a mis au sol du BRF (Bois Raméal Fragmenté) qui passe ensuite au compostage et qui sert également de « paillage » au jardin. Bœufs… Notre zébu et ses 2 femelles ont doublé de volume pendant la saison des pluies. Le mâle est éduqué à la traction animale (kassine, charrette…). Ils ont probablement atteint l’âge de la fertilité…

Récoltes saison pluviale… On a eu du maïs : bonne récolte, des arachides : bien également, du petit mil (sorgho) pour la bouillie du petit déjeuner ou le couscous, du mil blanc pour le tô, du niébé (haricot) : résultat très médiocre (il en fallait bien un…), du sésame : pas terrible.

Atelier séchage… On a commencé les activités de séchage avec la citronnelle et le moringa (en plus de ce qui sera consommé, Tonton d’Ailleurs trouvera des débouchés). De grands bidons étanches plastiques ont été acquis pour la conservation des vivres et des produits séchés.

Bonne réserve de foin dans la grange. Les élèves vont ramasser l’herbe en brousse et on achète les tiges des céréales aux paysans lors des récoltes (on attend encore le riz) nos animaux auront à manger…

A la cuisine, nous allons abandonner le « foyer économe » trop fragile et pas assez résistant aux flammes sur la durée… Ousmane va récupérer les bonnes vieilles gentes de camion qui permettent également de limiter la consommation en bois.

Au « magasin » (entrepôt matériel agricole) Ousmane à aménagé un petit réduit pour y faire fonctionner la couveuse commandée  lors de notre précédente mission… Après quelques réglages, elle fonctionne, mais pour plus d’économie Ousmane va bricoler un fonctionnement mixte électrique le jour (qui ne coûte rien sur nos plaques solaires) et gaz uniquement la nuit…

Aménagements… les faux-plafonds sont terminés dans la classe et dans la bibliothèque (il fait nettement moins chaud du fait de la ventilation induite sous les tôles de toiture). Des lits superposés ont été ajoutés dans l’ancienne chambre du formateur pour y héberger les nouvelles filles internes.

Nous avons confirmé à Ousmane l’emplacement du futur bâtiment « atelier/séchoir » prévu avec Francis. Les travaux peuvent commencer.

Il faut également construire une « paillotte » (qui n’en aura que le nom) puisque nous envisageons une réalisation de poteaux en BLT (Blocs Latérite Taillés) entourant béton ferraillé et tôles sur IPM en toiture (double toit ventilé, comme pour la porcherie) ; 4 rangs de BLT uniquement en support de banquette pour toute élévation.

La Bibliothèque était propre et bien rangée. Merci Chantal (qui a bien compris sa mission). Déjà 49 inscrits (pas mal pour cette période de rentrée, nous avions dépassé la centaine sur l’année scolaire dernière).

L’équipe pédagogique… Nous avons validé les programmes avec nos nouveaux agents de l’état (formateurs). Ablassé et Drahmane ont bien préparé la question. Nous réduirons la durée de formation à 2 ans et les travaux pratiques seront privilégiés. Présentations mutuelles. Le cadre de notre collaboration, le projet, l’esprit sous-tendu… Agréable moment… Nous devrions repartir sur de bonnes bases.

Les élèves (là encore nous repartons sur de bonnes bases et avons refusé tous ceux qui avaient pris de mauvaises habitudes …) Il reste 4 garçons et 3 filles en 3ème année, 4 garçons en 2ème année et les nouveaux (1ère année) sont actuellement 11 (8 garçons et 3 filles) dont 2 filles et 3 garçons issus du centre Kamzaka (Enfance en Péril) avec qui nous collaborons pour les jeunes en difficultés (souvent issus de la rue et remotivés par Kamzaka). Il y aura peut être encore 2 ou 3 arrivées, mais nous avons convenu avec Ousmane que la clôture des inscriptions aurait lieu le 15 novembre. Même si les jeunes sont tous là depuis fin septembre pour les récoltes la rentrée à proprement parler aura lieu début novembre

 

Préparation de la rentrée (2 jous plus tard)…Nous avons trouvé Ablassé, Drahmane et Saydou  studieusement attablés dans la bibliothèque pour travailler sur le programme de formation et préparer les premiers cours qui commencent demain… Nous leur avions apporté les cahiers et stylos pour distribuer aux élèves ainsi que craies et autre matériel nécessaire…

Tous les élèves ont participé au nettoyage et à la remise en fonction de la classe, qui a servi au stockage des vivres et au séchage des plantes depuis 4 mois… les sacs de denrées ont rejoint le magasin, le séchoir a été déplacé dans la pièce commune devant le dortoir des filles. Grand balayage après avoir tout sorti, puis nettoyage des tables et armoire avant réimplantation, peinture du tableau… Bref un dimanche pas vraiment chômé…

 

Dans les jours qui ont suivi, nous avons apprécié la bonne ambiance du centre et vu progressivement les activités se mettre en place

 

Formation Agricole… Lors de la mission précédente, nous avions précisé les modalités de notre collaboration avec les services du Ministère de l’Agriculture, pour la formation de nos élèves dans ces domaines. Avec nos nouveaux formateurs, nous avons mis au point le programme (Biologie végétale, Agriculture Générale, Culture Maraîchère, Conditionnement des produits, Agriculture Spéciale, Gestion Financière et Comptabilité simplifiée de l’Exploitation, Défense et Restauration des Sols, Conservation des Eaux et des Sols, Culture Attelée)

 

Elevage… Lors de cette mission nous avons formalisé notre demande de mise à disposition d’un vétérinaire pour la formation de nos élèves en élevage (connaissance et soin des animaux) avec le nouveau Directeur Provincial des ressources animales et halieutiques. Nous avons convenu de nous retrouver au centre pour préciser cette collaboration… Après un tour détaillé des installations, nous nous sommes retrouvés en réunion à la bibliothèque. Jacques (le vétérinaire) et son nouvel adjoint Amédée étaient évidemment présents également. Notre nouveau DP a dit sa  satisfaction à découvrir les possibilités du centre et a confirmé son accord pour que Jacques et Amédée viennent intervenir au centre former nos jeunes en élevage. Il nous a ensuite délivré quelques conseils pour améliorer les performances de production… Aménager une poussinière pour séparer les poussins des poulets le temps qu’ils atteignent une taille suffisante pour cohabiter. Augmenter le cheptel bovin, ce qui en complémentarité avec les activités agricoles permettra d’améliorer les rendements tant au maraichage qu’aux cultures céréalières  par apport de fumure. Un bio digesteur pourra alors être envisagé. En sélection et compte tenu des possibilités locales, nous avons choisi la race Azawak qui réussit bien au Sahel. Jacques est missionné pour nous trouver 2 femelles dans un premier temps. Pour les ovins, il nous faudra trouver un bélier de race Bali Bali (que l’on trouve chez les bergers Peulhs au nord Sahel), celui que nous avons actuellement est un métisse convenable, mais à potentiel limité. Et pour les caprins, nous chercherons également un bon reproducteur pour améliorer le cheptel. Dans les jours qui ont suivi, nous avons repris avec Jacques le programme de formation... Première année : Aviculture, avec pour formation de base le poulet pour l’élevage de volailles, mais avec extension aux pintades, dindons et pigeons. Elevage des petits ruminants (ovins et caprins). Deuxième année : Elevage des gros ruminants, avec pour base de formation les bovins, mais avec extension sur les asins (pour mettre Pompon à l’honneur…). Elevage porcin. Puis nous avons réfléchi sur la proposition de convention à soumettre à sa hiérarchie selon le souhait de son DP… « … Afin de pouvoir traiter le programme de formation dans de bonnes conditions, le vétérinaire chef de poste de Kokologho ou son adjoint assurera la prestation de formation un jour par semaine toute l’année. La prestation consistera en formation théorique et pratique pendant la période scolaire et en suivi des animaux avec les élèves assurant la permanence  pendant les périodes de congés… »…

 

Remise à niveau en enseignement général… Pour aider individuellement  (ou en petits groupes) nos jeunes en fonction de leur niveau, nous avons recruté un instituteur qui interviendra chaque soir et pendant le weekend pour soutenir ceux qui en ont besoin.

 

Appel au « Parrainage » des élèves que nous formons

Chaque élève nous coûte en moyenne 450 €uros pour l’année (salaire des intervenants, frais alimentaires, activités agricoles au centre). Nous avons fait le nécessaire auprès de notre banque et proposons la mise en place d’un prélèvement Demander une Autorisation de Prélèvement.  Pour vous convaincre, en tenant compte des mesures légales permettant la défiscalisation, un prélèvement mensuel de 37,50 €uros représente un effort réel de 50 centimes par jour et permet la prise en charge d’un élève… Sur cette base, nous avons lancé un appel auprès de tous ceux (personne physique ou morale) qui, parmi vous, pouvaient nous aider à assumer cette dépense. Nous remercions vivement ceux qui ont répondu. Grâce à eux nous avons une vingtaine d’élèves pris en charge, mais nous continuons notre appel, dans l’espoir de faire parrainer tous nos élèves, ce qui nous permettrait de consacrer les fonds de l’association aux nécessaires investissements sans avoir à se soucier du fonctionnement… Dans la mesure du possible, nous avons une préférence pour les autorisations de prélèvements qui assurent une trésorerie régulière…

Nous vous précisons que nous avons fait valider par l’administration des finances publiques que notre association répondait bien aux critères définis aux articles 200 et 238 bis du code Général des Impôts par demande de rescrit fiscal selon l’article L80 C du Livre des procédures fiscales. Les reçus que nous délivrons sont conformes.

 

Notre prochaine mission au Burkina Faso est prévue du 13 au 22 février 2015. Nous ne manquerons pas de vous tenir informés de l’évolution des projets.

 

Appel à la générosité

pour nous aider

Soyons clairs, pour continuer nos actions, nous avons besoin d’argent… Si vous n’avez pas répondu à notre appel à parrainage, nous comptons sur vous pour mettre la main à la poche et nous envoyer un don (les petits ruisseaux font les grandes rivières…). Bien entendu, nous vous retournerons les certificats officiels permettant la défiscalisation de votre versement conformément à la législation en vigueur.  Pour un particulier, Un don de 50 €uros par exemple ne coûte en réalité que 17 €uros... Evidemment, toute mise en relation avec d’éventuels sponsors et autres sources de subventions nous seront très utiles.

 

 

 

Nous profitons de l’occasion pour vous souhaiter

au nom de tous les acteurs du projet

de très belles fêtes !...